Les nouveaux pouvoirs de l’ARB vont réaligner la profession

| |


Le gouvernement a confié au régulateur de l’industrie un nouveau rôle renforcé dans le contrôle de la compétence des architectes tout au long de leur carrière, ainsi que le pouvoir de radier ceux qui ne sont pas à jour de leur registre.

Les modifications apportées à la loi sur les architectes de 1997, qui font partie du prochain de loi sur la des bâtiments, ouvrent la voie à l’ARB pour introduire un nouveau régime pour superviser la manière dont les architectes gèrent leur développement professionnel.

Il fait suite à la réponse du gouvernement à une consultation sur les nouvelles mesures, qui comprennent des modifications à la publication des mesures disciplinaires par le régulateur, un nouveau processus d’appel et un mouvement populaire pour reconnaître les qualifications des architectes étrangers.

Le secrétaire au Logement, Chris Pincher, a déclaré : « Après une réponse extrêmement positive à nos conseils de la profession d’architecte, nous sommes impatients d’aller de l’avant avec des propositions concrètes qui changeront vraiment la vie des architectes du monde entier.

Ce réalignement majeur de la profession réaffirmera la réputation du Royaume-Uni en tant que premier cabinet d’ au monde et garantira que nous continuons à attirer les meilleurs architectes du monde entier pour mieux construire les maisons et les infrastructures dans ce pays.

L’ARB a déclaré qu’il se félicitait de son nouveau rôle de surveillance, dont les détails seront développés dans le de l’examen des compétences du panel.

Le président du conseil d’administration, Alan Kershaw, a déclaré : « C’est l’occasion de reconnaître officiellement le de développement considérable de la plupart des architectes. Nous continuerons à développer notre approche en collaboration avec les architectes et utiliserons nos pouvoirs réglementaires pour promouvoir la cohérence dans l’ensemble de la profession.

Le gouvernement a accepté que l’ARB, en coopération avec le RIBA, puisse définir les critères des tests de compétences ou des exigences de FPC qu’il juge nécessaires.

Le régime d’essai n’a pas encore été établi, mais la proposition suivie lors de la consultation du gouvernement était qu’unLes architectes qui ne satisfont pas aux exigences ont droit à un délai de grâce pour réussir le test de compétence.

Cependant, ils seront radiés du registre s’ils ne justifient pas de leur compétence après ce délai de grâce.

La consultation gouvernementale sur les changements a été répondue par 241 architectes britanniques enregistrés et 57 architectes internationalement qualifiés.

Plus de la moitié des architectes interrogés ont déclaré qu’ils étaient d’accord pour dire qu’il serait avantageux de surveiller ou d’examiner les compétences, mais ils n’étaient pas d’accord quant à savoir si l’ARB devrait le faire.

La majorité des répondants ont indiqué que la pratique architecturale était « trop diversifiée et spécialisée » pour établir et évaluer des critères, et ont constaté que des critères généralisés seraient inefficaces et créeraient une culture de « coche ».

Dans sa réponse à la consultation, le gouvernement a déclaré qu’il reconnaissait que le système de test ne devrait pas devenir un exercice de « case à cocher » et qu’il devrait éviter de répéter les règlements existants. Il a également révélé que les répondants étaient massivement en faveur de l’inclusion des aspects pratiques de la pratique dans les critères de DPC.

En ce qui concerne les procédures disciplinaires, l’ARB peut désormais enregistrer les profils des architectes individuels dans son registre public concernant les mesures disciplinaires prises par le Conseil d’administration. La durée de ces listes dépend de la gravité de l’infraction.

Et ce malgré le fait que plus de la moitié des architectes ayant participé à la consultation ne considéraient pas que cette mesure augmenterait la confiance du public dans la profession et pourrait en fait conduire à une « baisse du moral » et nuire à la confiance du public.

Les architectes peuvent désormais faire appel des amendes de l’ARB, le gouvernement permettant également au régulateur de mettre en place un comité d’appel interne et indépendant.

Ce comité pourra également négocier les recours contre les décisions de radiation d’un architecte du registre en vertu des nouvelles règles de compétence.

La loi de 1997 sur les architectes sera également modifiée pour permettre aux titulaires de qualifications internationales d’être inscrits sur le registre britannique si, de l’avis de l’ARB, ils sont équivalents aux normes britanniques.

L’ARB publiera la liste des diplômes internationaux reconnus sur son site Internet. Kershaw a déclaré que c’était « une autre étape positive ».

« Cette réorientation fondamentale de la profession consolidera la réputation du Royaume-Uni en tant que leader mondial de l’architecture »

Il a ajouté : « Nous veillerons à ce que toutes les personnes qui s’inscrivent dans le cadre de ce nouveau processus répondent à des normes équivalentes pour maintenir l’excellence dans la profession d’architecte tout en garantissant que le Royaume-Uni continue de bénéficier des diverses compétences et expériences des architectes internationaux. » . ‘

Le nouveau rôle de l’ARB fait partie des réformes en cours pour améliorer les compétences des professionnels de la construction à la suite de l’incendie de Grenfell et de l’examen de la sécurité des bâtiments par Judith Hackitt.

Le RIBA a salué la décision du gouvernement de « rechercher des normes professionnelles élevées » et a déclaré qu’il s’efforcerait de garantir que les compétences requises pour les architectes sont satisfaites.

Son président, Alan Jones, a déclaré : « Nous sommes également ravis que le gouvernement reconnaisse la position mondiale des architectes britanniques et s’engage à reconnaître les qualifications internationales – un mécanisme que RIBA a préconisé au nom de nos membres depuis le référendum.

«Pour permettre à la profession britannique de maintenir et de renforcer sa réputation de leader mondial, le gouvernement doit désormais se concentrer sur la conclusion d’accords mutuels pour faciliter à la fois l’exportation et le recrutement de talents.

« Plus important encore, nous continuerons d’encourager les décideurs à travailler avec les architectes – leurs connaissances et leur expérience seront cruciales pour créer des systèmes de réglementation et d’approvisionnement qui fonctionnent pour tout le monde. »

Les nouveaux pouvoirs dépendent de l’entrée en vigueur de la loi sur la sécurité des bâtiments et feront l’objet de projets pilotes et de consultations avant leur mise en œuvre. L’ARB a déclaré qu’il était peu probable qu’il soit en vigueur pour l’ensemble de la profession avant 2023.

Précédent

Lunettes de soleil et lunettes de protection – indispensables à la piscine

Architecture de guide de carrière : dans quelle mesure votre travail est-il sûr ?

Suivant

Laisser un commentaire