Comment Bjarke Ingels a changé l’architecture

| |


Architectes: présentez votre prochain projet via Architizer et abonnez-vous à notre newsletter inspirante.

Peu d’architectes dans le monde maîtrisent le jeu marketing aussi bien que Bjarke Ingels. Sa capacité à s’adapter à diverses influences culturelles et économiques a fait de l’enfant terrible de 42 ans une division dans le monde professionnel. Les créations d’Ingels, son style figuratif et sa personnalité publique renforcent son statut iconoclaste de meilleur représentant de la jeune avant-garde de l’ ou, pour certains, de maître de l’auto-promotion.

Ingels est jeune, drôle et ambitieux et s’engage à libérer l’architecture de sa bulle disciplinaire. Son vocabulaire est un mélange de références pop et de citations de la philosophie classique, mélangés pour un impact maximal avec les pairs et les laïcs. Les conceptions et le marketing de BIG sont cohérents sans effort et filtrés à travers un système de croyance basé sur l’idée de ludique.

La société inclut systématiquement les médias populaires et les nouvelles technologies dans ses campagnes de marketing, en utilisant la vidéographie GoPro, la réalité augmentée, les bandes dessinées, les hologrammes, les manifestes accrocheurs et les appels à l’action qui combinent la théorie architecturale avec le zeitgeist culturel et politique actuel. Votre message est une infinité de possibilités et d’optimisme.

8 Maison de BIG

Ingels est l’équivalent architectural d’un entrepreneur technologique prospère. En recherchant de nouveaux modèles de financement et en expérimentant des solutions de conception et des matériaux innovants, BIG élargit le champ de la pratique architecturale. L’incubateur BIG IDEAS permet aux innovateurs de créer des prototypes de conception, des produits et de nouveaux matériaux pour l’industrie AEC. Sous l’égide de BIG IDEAS, une serrure de porte de l’Internet des objets appelée Friday, des prototypes pour une bobine Tesla grandeur nature, des générateurs à anneau de , des matériaux de construction intelligents et même un système de transport à grande vitesse Hyperloop sont en cours de développement.

Le service de construction interne récemment lancé par l’entreprise réunira des architectes, des concepteurs de produits et des architectes paysagistes pour collaborer sur les projets techniquement exigeants de l’entreprise. Cette approche entrepreneuriale montre un nouveau type d’architecte: pas quelqu’un qui se bat pour sa vision contre les influences extérieures, mais un résolveur de problèmes qui n’a pas peur de sortir de son domaine d’expertise immédiat. Si l’image de l’architecte en tant que personnage incompris mis sous pression par la politique et les hommes d’argent a été érodée au cours des dernières décennies, Ingels représente certainement sa disparition ultime.

VIA 57 Ouest par Squint / Opéra

Cependant, Ingels fait que sa relation avec l’innovation et l’entrepreneuriat semble totalement sans effort. Dans la vidéo promotionnelle Squint / Opera pour VIA 57 West à Manhattan de Squint / Opera, l’ et l’intérieur du bâtiment commencent à apparaître devant nous comme s’ils répondaient aux gestes de la main d’Ingel, incarnant parfaitement la promesse de «transformer la fantaisie en réalité concrète». Ce film VR 360 peut être visionné en 4K à la fois sur un écran et via un casque VR lorsqu’il est lu via Google Cardboard.

https://www.youtube.com/watch?v=6yvLZpdeWEM

Europa Ville de Squint / Opéra

Une autre vidéo de Squint / Opera sur Europa City de BIG présente Ingels assis sur un écran horizontal interactif canalisant Tony Stark travaillant sur sa technologie holographique sophistiquée. Une vidéo de suivi sur Europa City montre une approche schématique qui attire l’attention sur divers popups, sites urbains et connexions. La caméra plonge au niveau de la rue pour ne pas montrer l’atmosphère ou les aspects formels du design, mais pour donner une impression de vie urbaine palpitante.

Pavillon danois de l’Exposition universelle de Shanghai 2010 par BIG – Bjarke Ingels Group

BIG ne présente pas seulement ses projets comme des bâtiments. La conception du pavillon danois de l’Exposition universelle de Shanghai 2010 se caractérise par plusieurs caractéristiques strictement non architecturales qui font que son influence dépasse les contraintes physiques. Le Danemark a fait don de 1 000 vélos que les visiteurs ont pu utiliser pour naviguer dans toute l’exposition.

Dans une vidéo produite par BIG, Bjarke Ingels traverse le pavillon avec une chanson de Black Eyed Peas en arrière-plan et montre que les visiteurs impatients peuvent voir l’ensemble du projet en moins de deux minutes. Ingels vise à éliminer chaque moment de navigation potentiellement ennuyeux dans sa conception et offre la possibilité de l’expérimenter en un rien de temps.

« Mon terrain de jeu – aperçu » par Kaspar Astrup Schröder

Dans un documentaire sur le parkour de Kaspar Astrup Schröder, on peut voir Bjarke Ingels et ses appartements de montagne à Copenhague. Si les scènes dans lesquelles nous voyons cette discipline sportive marginale révèlent de nouvelles manières intéressantes de réapproprier les environnements urbains en termes d’architecture, le parkour apparaît avant tout comme une sorte d’outil d’action dont le but principal est de promouvoir l’idée d’utiliser le renforcer la ville comme terrain de jeu.

Cet aspect ludique est également lié à des ramifications narratives mémorables et favorables au marketing qui impliquent que les efforts de conception de BIG vont bien au-delà de l’architecture. La cour intérieure du 57 West à Manhattan a les mêmes proportions que Central Park, mais n’est que 13000 fois plus petite, tandis que la cheminée de la centrale électrique Amager Bakke à Copenhague est censée émettre des anneaux de vapeur tous les 250 kilogrammes à intervalles [550 pounds] de CO2 rejeté dans l’atmosphère.

Le Danemark a fourni de l’eau propre du port de Copenhague à Shanghai pour le pavillon danois 2010. La sculpture de la petite sirène a également été transportée sur le depuis le Danemark pour devenir l’élément central du pavillon pendant toute la durée de l’exposition.

Ingels parle de la durabilité comme d’une option de conception qui peut améliorer la qualité de vie au lieu d’imposer une série de restrictions. Le marketing de BIG retire le concept de durabilité du cycle constant d’agitation scientifique des doigts et confère au sujet un certain degré de légèreté. L’entreprise aborde les grands enjeux – mondialisation, durabilité et cohésion sociale – et propose une évolution plutôt qu’une révolution.

Si le mot «révolution» renvoie à la tradition des architectes en herbe qui détruisent les anciennes normes et luttent contre l’establishment architectural, l’évolution implique un progrès naturel, moins agressif. L’idée d’évolution de BIG implique l’absence d’un «ennemi». Il ne vise pas à perturber le statu quo, mais surfera sur la vague du développement naturel – dans ce cas culturel – qui lui-même supprime la .

Vous trouverez plus d’informations sur BIG dans le profil détaillé de l’entreprise d’Architizer.

Architectes: présentez votre prochain projet via Architizer et abonnez-vous à notre newsletter inspirante.

Précédent

Cambridge se retire du «travail gratuit» après le contrecoup de Twitter

Comment savoir si je dois remplacer la conduite d’égout?

Suivant

Laisser un commentaire